fin-de--labondance-crise-energetique-frugalisme-1200x675
Auteur: Jérémie
Publié le 07 septembre 2022

Économie d’énergie : survivre à la fin de l’abondance

5/5 - (8 votes)

Cela ne vous aura pas échappé, les temps sont durs. À moins de vivre sur la planète Mars, plus personne ne peut ignorer l’explosion des prix de l’énergie. L’économie d’énergie s’impose pour tous. Certains diront que la cause est la guerre en Ukraine quand d’autres savent que cette inflation est surtout due à une impression monétaire massive. Pourrait-on alors parler de dévaluation programmée de la monnaie ? Tous les scénarios sont possibles mais une chose est certaine : l’économie d’énergie s’impose. 

Temps de lecture estimé : 12 minutes

Quelle qu’en soit la raison, nous pouvons tous appréhender les conséquences destructrices de cette inflation des prix de l’énergie. L’expression fut même lâchée par le chef de l’État Emmanuel Macron le 25 août 2022 : »la fin de l’abondance« . Il est donc recommandé d’utiliser un système de chauffage à basse consommation. De toute façon, même avec l’installation d’une pompe à chaleur, il y a de forte chance que votre facture explose cet hiver.

En clair, nous vivons une grande bascule, c’est la fin de la prospérité en occident. Il va y avoir de plus en plus de rareté sur certains produits, certaines denrées et certains services. En cause : l’explosion des prix de l’énergie. Électricité, gaz, pétrole, aucune source d’énergie viable n’est épargnée. Or, les économistes savent depuis longtemps que l’énergie, c’est de la croissance. Sans énergie, pas de consommation stable ni de développement pour nos entreprises. Quand on sait que l’économie française repose sur cette sacro-sainte croissance, il y a fort à parier que nous allons vivre des temps douloureux. Le président l’a même dit : il faudra faire des sacrifices.

Alors même que les pouvoirs publics appellent les Français à faire preuve de sobriété au quotidien, on voit déjà pointer les premières conséquences de ce qu’il faut désormais nommer une crise énergétique majeure et d’ampleur inédite. Des services publics limités, des piscines municipales fermées (il faut beaucoup d’énergie pour avoir de l’eau chaude), car non rentables à cause des prix du chauffage et de l’électricité.

Vers un blackout à Noël ?

D’après certaines de mes sources spécialisées dans l’audit énergétique, la France devrait avoir tout juste les ressources de production nécessaires pour éviter les coupures du réseau électrique en décembre et en mars. Mais attention, ce scénario optimiste ne sera possible que si l’hiver est doux.

En d’autres termes, je vous recommande de mettre en place un plan d’urgence pour passer l’hiver au chaud sans trop vous ruiner. En effet, il faut savoir que les crises énergétiques auront tendance à se multiplier. Il vaut mieux donc anticiper et faire des économies d’énergie.

Économie d'énergie
Faire des économies d’énergie est désormais une obligation à cause de la fin de l’abondance

Économie d’énergie : s’inspirer du survivalisme

Les survivalistes mettent en place des modes de vie leur permettant (comme le nom l’indique) de survivre dans des conditions extrêmes, en étant coupé des réseaux et sources d’alimentation. En bon opportuniste, je considère qu’il y a du bon à prendre un peu partout. Pour le coup, je pense que les mouvements survivalistes sont intéressants dans la mesure où ils proposent des solutions pratiques en cas de situations extrêmes comme celle que nous vivons. Or, il semble bien que cette fois, nous allions vers des pénuries massives, voir des situations de possible Blackout.

Le résultat est clair : chacun d’entre va en pâtir.

La création d’une base autonome durable

Une des approches les plus communes consiste à créer une BAD pour base autonome durable. Il s’agit d’un lieu de vie dans lequel vous pourriez vous replier pendant un certain temps et qui comporte des critères stricts.

Le terrain doit comporter un point d’accès à l’eau (rivière, par exemple). Le lieu doit pouvoir vous accueillir ainsi que vos amis/famille, cet endroit doit être facile à rejoindre en cas d’urgence (guerre civile, disparition de l’argent, phénomène climatique soudain…). Il s’agit le plus souvent d’une ferme, une maison ancienne, solide, à l’épreuve du temps, avec du terrain, de l’eau et des ressources.

Idéalement, la base autonome doit vous permettre de vivre dans un esprit de résilience. Cela suppose un terrain pour cultiver, des réserves de nourriture, une grande autonomie (pourquoi pas envisager les panneaux solaires pour de l’électricité). Il faut aussi que cet endroit soit sûr en termes de sécurité. Il faut donc être à l’abri des regards dans un pays ou une région avec une forte sécurité et une grande notion d’entraide et de solidarité entre les voisins. À titre personnel, je soutiens ce type d’initiative, car je crois que nous devrions tous tendre vers plus d’autonomie.

Je vous partage ci-dessus une vidéo pour réaliser vous-même votre centrale de production solaire. Les énergies renouvelables sont un moyen efficace de réduire votre consommation d’énergie pour réduire la facture énergétique. Retenez que la meilleure manière d’économiser de l’électricité sera d’abord de faire la chasse aux déperditions de chaleur et d’engager des travaux de rénovation énergétique.

Résilience et autonomie pour des économies d’énergie

Les systèmes les plus résilients sont souvent les plus simples. Il vaut mieux donc se concentrer sur un savoir-faire, sur une spécialité que vous connaissez pour en tirer profit.

En effet, j’aime le concept de résilience, mais vous devez absolument retenir que seul, vous ne parviendrez jamais à atteindre l’autonomie alimentaire. Il est vain de croire que vous pourrez à vous seul cultiver assez de nourriture pour votre famille, en incluant à la fois les fruits, les légumes, les féculents et la viande. Tenez compte aussi du fait que vous devez produire votre propre énergie ; ce qui passe le plus souvent par la coupe et le séchage du bois de chauffage… tout un programme.

Le groupe, seule cellule de survie à long terme

Gardez en tête que toutes les expériences tentées dans ce domaine se concluent à moyen ou long terme par des échecs. Il vaut mieux envisager la chose sous l’angle de la tribu. En effet, peut-être que vous pourriez être très bon pour faire pousser des tomates alors que votre voisin pourra vous échanger des œufs ou du poulet.

Vous comprenez bien qu’il faut consacrer énormément de temps et d’argent à la mise en place d’une telle structure, pour la constituer et réussir à la rendre viable à long terme. Dans ce contexte, de plus en plus de personnes plus ou moins proches du survivalisme envisagent cette fin programmée de l’abondance sous l’angle de la communauté.

Grâce à la communauté, vous pourrez vous spécialiser et troquer vos productions ou vos compétences pour vivre en limitant vos dépenses.

À noter que si je considère qu’il y a du bon à prendre dans le survivalisme, je ne me reconnais pas dans certains mouvements politiques proches de ce mouvement.

Rester pragmatique

Voyons les choses en face, le problème principal qui se pose à nous est un problème d’énergie. Nous avons besoin d’énergie pour nous chauffer et faire marcher nos ordinateurs, télévisions, machine à laver.

Il faut donc une maison qui soit autonome en énergie. On peut imaginer des solutions radicales comme la construction d’un earthship, une maison autonome construite avec des matériaux de récupération, mais on peut aussi envisager une maison traditionnelle.

Le earthship est une version extrême de la maison autonome. Pour Michael Reynolds, l’architecte inventeur de ce type de structure habitable, la fin du monde c’est chaque matin. Ses maisons sont conçues pour produire un maximum d’efficacité en conditions extrêmes. C’est pour cela qu’il s’est installé dans le désert du Nouveau-Mexique.

Voici ma présentation du earthship de Fred et Sabrina

Économie d’énergie : vers une écologie non punitive

L’association du puits canadienne et de la VMC double-flux. Il est désormais possible de construire des maisons modernes et positives en énergie. La combinaison de différentes technologies permet dorénavant de construire des habitations qui produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment.

C’est ce qu’a décidé de faire Bruno Comby. Cet ingénieur du nucléaire a construit il y a une vingtaine d’années une maison qui combine à la fois des panneaux solaires, un puits canadien, une VMC double-flux, et une isolation ultra-performante.

Le puits canadien permet de réchauffer l’air qui circule sous terre pendant l’hiver, ou de le rafraîchir durant l’été. Concrètement, on fait circuler un tuyau d’air sous terre à environ 3-4 mètres. Durant la canicule, l’inertie thermique du sol vient rafraîchir l’air de sorte que le puits canadien agit comme une climatisation naturelle pour rafraîchir l’air de la maison. En hiver, c’est l’inverse qui se produit, car le puits canadien produit un air d’approximativement 13-14 degrés dans la maison, c’est å — dire un air moins froid qu’en surface. La VMC double-flux prendra ensuite le relais pour remonter cette température jusqu’à environ 21 degrés. La VMC a donc un effort bien moindre à fournir, avec une consommation énergétique modérée.

La combinaison du puits canadien et de la VMC double flux, s’il est très efficace et très performant, est néanmoins lourde à mettre en place, car il demande l’exécution de travaux de terrassement pour la création du puits.

Économie d'énergie
Le chauffage et la production de chaleur sont un des couts principaux de à maison

Économie d’énergie grâce aux panneaux solaires

Les panneaux solaires sont une des pierres angulaires du projet. En effet, il faut les installer en grande quantité pour produire assez d’énergie pour les besoins de la maison [compter +— 4000 W pour une maison traditionnelle].

À ce stade vous avez 2 possibilités : consommer l’énergie que vous produisez revendre cette électricité à EDF en s’injectant sur le réseau. Aujourd’hui, EDF rachète l’électricité à 0,10 cent/kWh. Il sera donc compliqué de rentabiliser l’investissement avec cette stratégie.

Par ailleurs, l’addition de panneaux solaires représente un coût d’installation important. Je vous recommande d’éviter de vous endetter pour ce genre de dispositifs ; l’indépendance ne doit pas être une source de problèmes financiers.

Je vous recommande de regarder cette excellente interview de Bruno Comby. J’aurai prochainement l’occasion de l’accueillir sur la chaîne et de vous présenter la maison encore plus en détail.

Une maison positive pour qui ?

Une maison vraiment positive en énergie doit être conçue lors de la construction. Rénover une maison et y installer des dispositifs permettant de ne plus gaspiller d’énergie peut s’avérer coûteux, mais payant à long terme.

Je vous conseille d’envisager les aides d’États via le dispositif ma prime rénov »

De toute façon, il faudra probablement commencer par une isolation haute performance et un changement du mode de chauffage. Je vous invite à vous référer aux indications du diagnostic de performance énergétique.

Pour une économie d’énergie, se chauffer… au diesel

Ça peut vous sembler incroyable, mais pour passer l’hiver sans trop vous geler, vous pourriez envisager le bon vieux Webasto que connaissent bien les amateurs de camping-car.

Alors, soyons clairs : ce n’est pas du tout écolo, car vous brûlez du diesel pour vous chauffer, mais c’est très économique, malgré le coût du carburant. Cela revient moins cher que le chauffage au gaz. Je vous invite à visionner cette vidéo d’Aldo Sterone qui s’est acheté un système de production de chaleur au… diesel… Alors, j’en conviens, le système n’est pas du tout écologique mais il a le mérite d’être assez efficace. Je l’ai à titre personnel déjà expérimenté en camion mais jamais dans une maison. Retenez que les radiateurs sont un véritable problème car ce sont eux qui consomment le plus d’énergie pour vous chauffer dans la maison. Ils sont très énergivores (surtout les vieux « grille-pain »).

Malheureusement, il n’y a pas de solution miracle pour éviter le blackout, mais il y a des solutions que vous pouvez mettre en place. Pourquoi ne pas commencer par ne chauffer que les pièces dans lesquelles vous vivez et faire la chasse aux courants d’air.

À défaut, je vous recommande de revoir cette vidéo pour vous aider à faire des économies dans la maison et ne pas oublier d’éteindre et de débrancher les appareils électriques que vous n’utilisez pas. Réaliser des économies d’énergie n’est pas si difficile mais c’est indispensable car ce sera bientôt le premier poste de dépense des foyers. Pour réduire votre facture et diminuer la consommation d’énergie, il faudrait idéalement supprimer tout ce qui consomme beaucoup d’électricité… facile à dire !

Si vous avez aimé cet article, merci de le commenter, le partager et vous abonner à la newsletter.

jeremie-brygo-auteur-livre-un-salaire-sans-rien-faire-ou-presque-et-de-la-chaine-liberte-finance-et-frugalisme

Jérémie Brygo

Tout à la fois investisseur, père de famille, minimaliste, formateur et passionné par les finances personnelles, je suis aussi l’auteur du bestseller Un salaire sans rien faire (ou presque) éditions Robert Laffont.

Je partage avec vous mes conseils et mes astuces pour gagner de l’argent, investir votre épargne, faire des économies et mieux gérer votre budget. Découvrez mon histoire ICI.

Mots clés : économiser, énergie, fin de l'abondance

Laisser un commentaire: